L’arthrite psoriasique

À la base de l’arthrite psoriasique, il y a, comme pour le psoriasis, un dérèglement du système de défense corporel (système immunitaire). L’arthrite psoriasique se manifeste par des articulations enflées et douloureuses et peut entraver leur fonctionnement dans la vie quotidienne. La maladie montre, outre les modifications typiques de la peau et des ongles, des inflammations des articulations (arthrite) ou des tendons (enthésite). En outre la colonne vertébrale et/ou les articulations raidies du bassin peuvent être touchées également. Dans le monde, entre 1.3% et 34.7% des patients psoriasiques développent une arthrite psoriasique. Elle apparaît le plus souvent après de nombreuses années de la première manifestation cutanée, rarement avant.

Cause

La cause de la maladie reste encore inconnue jusqu’à maintenant. En plus d’une prédisposition héréditaire, divers facteurs environnementaux, comme des infections, jouent vraisemblablement un rôle important dans l’apparition de l’arthrite psoriasique. Dans le cas des vrais jumeaux (monozygotes), si l’un d’entre eux est atteint de la maladie, l’autre la développe également dans les 2/3 des cas et pour les faux jumeaux, 1/3 contracte aussi une arthrite psoriasique. En outre, les patients souffrant d’arthrite psoriasique avec inflammation de la colonne vertébrale ont fréquemment une structure génique particulière (ce qu’on appelle l’antigène HLA-B27).

Symptômes

L’atteinte des tendons, d’articulations isolées des doigts et des orteils ou des doigts et des orteils entiers (dactylite ou « doigts boudinés ») est typique de l’arthrite psoriasique. L’atteinte articulaire se manifeste en particulier par des douleurs et des gonflements qui peuvent apparaître à divers endroits.

Articulations le plus souvent touchées
Dos Doigts
Colonne vertébrale Genoux
Hanches Chevilles
Poignets

 

Options thérapeutiques

Une guérison de l’arthrite psoriasique n’est pas encore possible aujourd’hui. Mais avec les nouveaux médicaments développés au cours des 10 dernières années, on peut souvent obtenir une large suppression des symptômes cutanés et articulaires. Dans les cas plus légers, ce qu’on appelle les  «antirhumatismaux non stéroïdiens » sont efficaces contre les douleurs et les inflammations. Lorsque plusieurs articulations sont atteintes, on utilise les «médicaments de base». Contrairement aux anti-inflammatoires non stéroïdiens, ces médicaments peuvent dans l’idéal stopper l’inflammation articulaire destructive. Il existe également des traitements systémiques à effet ciblé. Ces médicaments sont fabriqués chimiquement et appartiennent au nouveau groupe des thérapeutiques de base orales (prises par la bouche). Comme ils ne sont pas fabriqués par biotechnologie, ils ne font pas partie des biologiques.

Dans les cas sévères, on peut aussi utiliser des biologiques.


Sources: