Cancer du poumon

Le cancer du poumon, appelé aussi carcinome bronchique ou pulmonaire, se forme lorsque les cellules des muqueuses, des voies respiratoires ou des alvéoles pulmonaires se modifient et forment des grosseurs cancéreuses (tumeurs). Les cellules cancéreuses peuvent être entraînées par les vaisseaux lymphatiques ou la voie sanguine dans les ganglions lymphatiques voisins et dans les autres organes. En Europe, 25 % des patients cancéreux masculins et 12 % des patientes cancéreuses sont atteints d’un carcinome pulmonaire. Chez les hommes, le cancer du poumon est la cause de mortalité la plus fréquente, chez les femmes il vient à la deuxième place, après le cancer du sein. Les carcinomes pulmonaires apparaissent dans toute l’Europe le plus souvent entre 55 et 60 ans. 5 % des patientes et des patients en sont atteints déjà avant cet âge, c’est-à-dire avant 40 ans. Les chiffres actuels rapportés à la Suisse signifient qu’un diagnostic de cancer sur trois est un carcinome pulmonaire.

Cause

La cause la plus fréquente du cancer du poumon est le tabagisme, plus exactement dans 85 % des cas en Europe. Le nombre de cigarettes fumées par jour et par personne est décisif. D’autres causes sont les polluants environnementaux. Parmi eux on compte le radon, qui est après le tabagisme la cause la plus fréquente du cancer du poumon et est responsable de presque 10 % des cas en Europe. Le radon provenant de l’air du sol pénètre dans les espaces intérieurs et par les voies respiratoires dans les poumons. D’autres facteurs de risque peuvent être des cicatrices des poumons et des prédispositions génétiques.

Symptômes

Comme les symptômes ne se distinguent souvent pas des autres maladies pulmonaires, le cancer du poumon n‘est découvert souvent que par hasard et à un stade déjà avancé. Les symptômes suivants, qui doivent être pris au sérieux, peuvent indiquer un cancer du poumon:

  • toux durant plus de 4 semaines
  • refroidissement continu, qui ne disparaît pas malgré les antibiotiques
  • expectoration avec ou sans traces de sang
  • enrouement
  • essoufflement, difficultés à respirer, détresse respiratoire
  • douleurs dans la cage thoracique
  • fatigue inexpliquée
  • perte de poids involontaire
  • fièvre inexpliquée

Options thérapeutiques 

Le type de cellules (à petites cellules, non à petites cellules, sous-type de la tumeur), tout comme le stade de la maladie, la capacité de fonctionnement des poumons (respiration entravée), la résistance du cœur et l’état général du patient sont décisifs pour le traitement d‘un carcinome pulmonaire.

Dans les stades précoces de la maladie, on s‘efforce souvent de retirer la tumeur par une opération ou de la détruire par une procédure thérapeutique. Lorsque l’ablation complète n’est pas possible, on essaie de freiner la croissance de la tumeur, d’empêcher la progression de la maladie et d’affaiblir les symptômes gênants.

En résumé, les trois options thérapeutiques suivantes sont utilisées:

  • pour un « carcinome pulmonaire à petites cellules » la thérapie primaire est une radiothérapie/chimiothérapie
  • pour un « carcinome pulmonaire non à petites cellules », c‘est une opération
  • dans les cas avancés, un traitement médicamenteux est utilisé comme médecine palliative

Sources:

  • Ligue pulmonaire Suisse, brochure « Cancer du poumon »
  • Ligue suisse contre le cancer, brochure « Le cancer du poumon. Carcinome bronchique », 2e édition remaniée, 2012, 2006
  • Gerd Herold und Mitarbeiter; Innere Medizin, Gerd Herold, Köln, 2018